Semaine 46 Scicli – Palermo- Au revoir Belle Sicile – 280 km et 3600 m de dénivelés

Suivez nos aventures en recevant notre newsletter toutes les semaines, inscrivez-vous en cliquant ici puis renseignez votre nom et email.

Palermo, 22 novembre 2022

Revenus chez Rita et Enrico pour réaliser un travail de repositionnement des activités de Gli Aromi (https://looking4plants.ch/gli-aromi-waww-effect/), nous revenons passer quelques jours sur cette belle Sicile, pour notre plus grand plaisir!

La longue remontée depuis Scicli s’achèvera à Palermo, où le ferry nous attend pour rejoindre le port de Gênes. Au départ nous devions prendre le bateau Termini – Civitavecchia, 20 km au Nord-Ouest de Rome. Mais pour cause de mauvais temps, il a été annulé le jour avant le départ. Etonnement, en un seul coup de fil, on nous propose en remplacement un bateau Parlermo-Gênes, sans supplément ni aucune complication. Décidemment, jusqu’au bout, la Sicile nous aura surpris, toujours en bien. C’est la fin d’une aventure de 8 semaines (quelques semaines en avril et quelques autres en novembre) sur cette île qui nous a beaucoup plu, sur les quelques 500 kilomètres que nous avons parcourus.

Ci-dessous, sur la carte, le trajet du mois de novembre. Une belle plongée dans la Sicile du centre, montagneuse, agricole, historique et …culinaire évidemment!

Nous retrouvons avec un immense plaisir Rita et Enrico qui n’ont pas arrêté de travailler depuis notre départ. Philippe se met au travail, analyse financière de l’entreprise, force et faiblesse, et propositions de réorientation. Nous en profitons aussi pour les donner un petit coup de main sur les commandes en cours et quelques travaux d’entretien des plantes. Nous rencontrons Diavolina et Petita (https://looking4plants.ch/adoptez-nous/), deux petites chiennes sauvées par Rita. Nous passerons une dizaine de jours ensemble …dur de se quitter….

Ce retour vers Palerme nous a fait traverser une Sicile plus sauvage, agricole, peu de villages, tous situés en haut d’une colline, ce qui signifie en langage vélocypédiste, toujours une montée de plusieurs kilomètres pour atteindre des concentration de population très importantes, minimum 5000 habitants, groupés autour de forteresses, derrière des murailles toujours cachés de la mer ou presque.

La première ville baroque sur notre passage sera celle de Ragusa, un chef d’oeuvre baroque, caché au milieu d’un dédale de ravins. Lire notre brève sur Ragusa, vous prendrez bien encore une douche de baroque.

Nous remontrons la campagne aux couleurs automnale pour rejoindre Monterosso et visiter Concetto Dinatale, producteur enjoué de plantes médicinales.

42 ans de passion, de culture pragmatique, dans un décor de rêve avec en toile de fond le magnifique village de Monterosso situé à 750 m d’altitude, pas besoin d’irrigation ici, alors que 30 km plus bas c’est la fournaise à Scicli. Lire notre brève, l’or de Concetto.

En descendant de Monterosso Almo, nous ferons un crochet par Grammichele pour apprécier le schéma urbain  »radioconcentrique » conçu début 1700 pour recontruire l’ancienne ville rasée par le tremblement de terre de 1693. Lire notre brêve sur Grammichele

En descendant de Monterosso Almo, nous ferons un crochet par Grammichele pour apprécier le schéma urbain  »radioconcentrique » conçu début 1700 pour reconstruire l’ancienne ville rasée par le tremblement de terre de 1693. Lire notre brève sur Grammichele

Nous continuerons notre chemin au travers des plaines et pitons rocheux sur Caltagironne, colline submergée de bâtiment, capitale de la céramique traditionnelle sicilienne dont nous découvrirons une partie des déclinaisons artistique, notamment sur les couples de Maures, (Lire notre brève Pas de Made in China à Caltagirone)

En quittant Caltagironne, par le haut de la ville, nous entrerons dans une nouvelle Sicile à nox yeux, de plus en plus sauvage, une agriculture céréalière sur les coteaux et de vergers dans le fond des vallées comme celles des fruitiers de figuiers de barbarie à San Cono. Lire notre brève sur les figuiers.

La météo très humide a détrempé les champs et provoqué des torrents de boue qui ont coupé sur plusieurs kilomètres la route que nous voulions prendre pour rejoindre Caltanissetta. Nous dormirons donc à Pietraperzia un village à nouveau centré sur sa forteresse faisant face à Caltanissetta. Lire notre brève sur Pietraperzia.

Finalement nous arriverons à Caltanissetta entre deux gros orages pour louer une voiture et rendre visite à notre ami Aldo et son jardin extraordinaire de San Biaggio Platani, un jardin qui a très bien passé l’été très sec, avec un herboriste toujours en plein forme, des projets plein la tête et du travail de conditionnement à nous faire faire. Lire notre brève sur Aldo.

L’arrière du magasin de vente d’Aldo, achevé cet été, avec son ruisseau de tuiles alignées en amont de la cabane, une jolie petite maison dans la prairie

Arrivés à 35km de Palerme, à Alia, magnifique petit village perché sur les sommets, nous sommes surpris par la pluie. Nous décidons de passer une nuit à l’abri dans une petite auberge ouverte spécialement pour nous…Les propriétaires sont en deuil mais apitoyés par notre sort, ils nous ouvrent les portes d’une maison sicilienne cosy et chaude. LE patron nous conseillera de prendre le train qui n’est qu’à 10 kilomètres du village. Nous rejoindrons Palerme en train sous le pluie. Evidemment, nous retournons au marché extraordinaire du Capo déguster la meilleure street food du monde. Grosse lessive au lavomatic, ballade sous la pluie, dernier petit resto et dernier vin sicilien…Nous quittons la Sicile reconnaissants, un peu tristes de quitter cette joie de vivre, cette gentillesse et cette désorganisation hyper organisée. Merci à tous nos hôtes, à toutes les siciliennes et siciliens qui ont rendu notre voyage si passionnant sur cette île!

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.