Végan s’abstenir!

Suivez nos aventures en recevant notre newsletter toutes les semaines, inscrivez-vous en cliquant ici puis renseignez votre nom et email.

Ne cachez pas ce porc que j’aime tant voir !

On les ‘’hume’’ loin à la ronde, surtout quand on est a pied ou à vélo, parfois curieux, parfois peureux, ils cavalent dans les sous-bois de chênes verts (Quercus ilex-Quercus rondifolia), chênes lièges -côté Atlantique (Quercus suber), qui ont disparus du paysage dès les premières montées vers le village frontière Portugal-Espagne de Barrancos, on les voit toujours côté espagnol sous les fondaisons de châtaigniers (Castanea sativa), cultivés sur d’immenses parcelles à tailles quinquennales  ou décennales. Ils y passent toute leur vie, en moyenne 36 mois, pour consommer 600 à 800 kilos de glands ou de châtaignes, histoire d’arrondir une surface noire et terreuse, celle d’un porc heureux…jusque-là.

La suite est beaucoup moins romantique, un abatage dans des conditions que nous espérons respectueuses, mais que nous n’avons pas visitées, courageux que nous sommes, 36 à 48 mois d’affinage dans des caves situées sur les hauteurs de la sierra et vous comprenez pourquoi une assiette de Pata Negra vaut ses 20 euros dans des pays où la main d’œuvre agricole est rémunérée à 5 euros/h.

Porcs noirs de 24 mois, sous les chênes d’Aracena, le fermier n’est pas très heureux des prix de la viande qui fluctuent, de la météo sèche, des politiciens, de l’Europe, bref un gars sympa mais qui tire langue financièrement même s’il élève des Pata Negra de première qualité. Comme les chevaux, les porcs n’aiment pas les soucis des champs (-fleurs jaunes dans le champs) Calendula pratensis, il préfèrent les glands des chênes liège, Quercus suber.)

Une réponse

  1. philippe dufaux dit:
    Mmmmm quelques saucisses à rotir arrosées de citron d'à côté, cela doit être divins

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.