Procession à Mourao

Suivez nos aventures en recevant notre newsletter toutes les semaines, inscrivez-vous en cliquant ici puis renseignez votre nom et email.

2 février.2022- 17h – Mourao – 195km à l’Est de Lisbonne

Entrant dans Mouao,village déserté, fermé à la circulation, attirant cependant le regard de quelques passants tous de noir vêtus. Nous (en habits fluo-casque de cyclistes, barda….) nous nous sommes dit qu’il se passait quelque-chose. Quelque chose d’exceptionnel à Mourao, village de 2000 âmes situé au pied de sa forteresse du 17ème siècle, détruite partiellement par le tremblement de terre de 1755, dominant la vallée du Rio Guadiana, situé en face de la forteresse de Monsaraz. Effectivement, journée fériée, dédiée à la procession de Nossa Senhora das Candeias, nous avons 15 minutes pour changer de costume et nous fondre dans la foule.

2022, moment inoubliable, une parenthèse technologique, épidémiologique, sociologique. Il est 17h, le soleil se couche sur un village authentique, une foule de 2000 à 3000 personnes endimanchées, dans un silence retenu, contemple et suit 2 chevaux, ouvrant le cortège des congrégations religieuses, sous leur bannière de soie à la dévotion de leur Saint patron, bannières d’associations diverses précédant la statue d’une sainte  »Nossa Senhora das Candeias », cortège tournant autour du village, sous les prières des fervents et du curé brésilien, une armoire à glace de 2.10m qui en impose à plus d’un  »pêcheur » potentiel, ouvrant la marche et incitant les participants à répondre à ses prières. Le cortège sort de l’église située dans l’enceinte du château fortifié, avec bien évidemment la sainte perchée sur un podium porté par une dizaine de beaux gosses en cravatte et y retournera après une heure de défilé au grand air. Sitôt passé le porche de l’église, changement d’atmosphère, pétards, spectacle son & lumières de 20 minutes, feux d’artifices, très coloré, aux allures de carnaval de Rio. J’oublie de vous parler de la fanfare aux accents presque siciliens, digne de nos fanfares locales, jouant un morceau sans fin mais magnifiquement harmonique par des cuivres de tous âges. C’est une atmosphère irréelle, un film italien de Visconti. on est acteur dans une scène du  »Guépard », les notables sont en manteaux long à 3 couches, de feutre typique de l’Alentejo, avec col en fourrure de renard. Tout le monde se connait, se salue avec respect et/ou chaleur selon son rang, et échange dans une atmosphère de recueillement. Après le feu d’artifice, fin de la fête, la fanfare se dissout, début des soirées privées.

Qui organise, qui finance?, Avons-nous tout compris au lendemain d’un vote national qui a conforté le parti socialiste au pouvoir et vu arriver en 3ème position un parti d’extrême droite? Pas de réponse, restons sur cet instant magique, hors du temps!

Le manteau à 3 couches  »Alentejo » col en fourrure porté aparemment par les notables

2 réponses

  1. Bonjour Cécile. Cela doit vraiment faire du bien de pouvoir décompresser de la sorte. Les moments les plus inattendus sont toujours intéressants ! Je sais que vous n'êtes pas en voyage pour ça, mais moi j'aime savoir ce qu'il y a dans les assiettes, lorsque l'on mange local. Pourrais-tu de temps en temps créer un petit "volet culinaire photographique" pour moi et pour ceux, certainement nombreux, que cela intéresserait... Bonne suite de voyage et cordialement
    • Cecile Ehrensperger dit:
      Bonjour Roland, ok pris bonne note! Je te concocte une petite brève! Merci pour ta demande et à la semaine prochaine!

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.