Dendrological Park, un acte manqué

Suivez nos aventures en recevant notre newsletter toutes les semaines, inscrivez-vous en cliquant ici puis renseignez votre nom et email.

Batoumi, 18 juillet 2022

Encore émus de la qualité du Botanical Park de Batoumi (lire notre brève Jardin botanique de Batoumi), nous décidons de couvrir 70 km et 300m de dénivelés pour visiter le Dendrological park de Shekvetili. Une route qui longe la mer noire, avec quelques montées perfides comme celle qui contourne la forteresse de Petra datant du 5ème siècle, puis nous arrivons face à un portail fermé. Fermeture hebdomadaire lundi et mardi! Encore suants d’une température de 23 degrés et 94% d’humidité nous décidons de retourner sur Batoumi et de profiter de la page réputée de Kobuleti s’étendant sur près de 10 km.

Une plage de sable noire occupée très raisonnablement, et nous laissant un grand vide sous les pins pour faire quelques brasses dans une mer bleue, rendue noire par le sable noir et les pins qui bordent la plage et lui donne un aspect sévère.

Pourquoi nous ne regrettons pas cette journée ?

Cet arboretum, c’est celui de la démesure, de la polémique, de la déontologie mise à mal. Il est propriété d’un oligarque géorgien, ex-premier ministre Bidzina Ivanishvili qui a démarré les travaux en 2016 sur l’emplacement d’un ancien hippodrome, dans un delta asséché, à 35 km de Batoumi et ouvert au public en juillet 2020.

Sur 65 hectares, parfois depuis la mer, 200 arbres adultes pluricentenaires ont étés transplantés ainsi que plusieurs centaines d’espèces végétales ainsiqu’une cinquantaine d’espèces d’oiseaux protégés dont des flamands roses.

Comparé aux 5’000 espèces du Jardin botanique de Batoumi, planté depuis 1891, le Dendrological Park ne boxe pas dans la même catégorie. Mais nous voulions nous rendre compte de l’ampleur du chantier, relaté dans un film (La ballade des grands arbres) tourné par une cinéaste géorgienne Salomé Jashi et présenté au festival du film de Sundance.

Les médias locaux ont largement couvert l’évènement, tant il détonne sur plusieurs plans:

  • La transplantation de sujets hors du commun, nécessitant la construction de route..etc..
  • Le mode de transplantation
  • Les impacts environnementaux liés aux transports
  • Les impacts sur les populations locales, (coupures d’électricité pour faire passer les arbres sur les routes…
  • L’origine de la fortune du bienfaiteur – un dossier de Wikipedia très complet
  • Les motivation profondes du bienfaiteur

Vous l’avez compris, nous ne connaissons pas grand chose à tout ce qui a été précédemment évoqué, mais ce projet nous met mal à l’aise. La région subtropicale, peut certainement permettre des transferts de cette ampleur, mais dans quelques années, les arbres vont-ils vraiment reprendre ou végéter?

Nous n’en avons aucune idée, cette journée restera une journée un peu triste, un acte manqué, mais apparemment, les Dieux ont décidé ce jour là que nous ne devions pas voir ce jardin. On retiendra de cette journée, ce magnifique lis maritime.

Nous n’en avons aucune idée, cette journée restera une journée un peu triste, un acte manqué, mais apparemment, les Dieux ont décidé ce jour là que nous ne devions pas voir ce jardin. On retiendra de cette journée, ce magnifique lis maritime.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.